RECHERCHE

▪ Biographie

Né à Saint-Maur-des-Fossés le 3 juin 1852, à l’angle de la rue du Four et du boulevard Maurice-Berteaux, dans la vaste propriété de son grand-père Orbelin dont le verger de 2000 arbres était réputé, il a partagé son enfance entre l’hôtel particulier de son père, riche négociant en soirie, près des Champs-Élysées, et le château de Granval à Sucy-en-Brie. Élève brillant au lycée Charlemagne — il est plusieurs fois lauréat du Concours général —, il succède à son beau-père, à 27 ans, à la tête d’une des plus grosses agences de change de Paris. Puis il hérite de sa grande villa de Chatou, dont il devient maire de 1891 à sa mort. Député en 1893, engagé à gauche en politique comme dans la franc-maçonnerie, soucieux d’améliorer le sort des travailleurs, militant pour la création d’un impôt progresif sur le revenu, il est très populaire et proche de Jaurès. En 1904, il prend la tête du parti radical-socialiste fondé trois ans plus tôt. La même année, il est nommé ministre de la Guerre. Il rétablit l’avancement au mérite, réduit la durée du service militaire, abolit toutes les dispenses, favorise le développement de l’artillerie et des armes nouvelles. Le 21 mai 1911, lors du départ de la course aérienne Paris-Madrid à Issy-les-Moulineaux, il est fauché mortellement lors de l’écrasement d’un aéroplane piloté par l’aviateur Train. On lui fait des obsèques nationales en présence d’un foule immense gagnée par le nationalisme. Il aura été l’une des personnalités politiques marquantes et parmi les plus populaires de la Belle Époque. À Saint-Maur, son nom a été donné dès 1912 à la rue Saint-Honoré et la municipalité Marin lui a élevé en 1928, à l’angle de l’avenue Foch et du boulevard de Créteil, un monument inauguré par Paul Painlevé (fondu sous l’Occupation). La plaque apposée sur sa maison natale a disparu lors de la construction du garage Pinault, aujourd’hui garage Suzuki.

Pierre GILLON

~ ~ ~

▪ Bibliographie

  • J.-P. Thomas, Un grand parlementaire de la IIIe République, Maurice-Berteaux (1852-1911), Clio 94 n° 11, 1993, p. 139-143 ;
  • J. Marec, Maurice Berteaux, député et ministre de la Guerre (1852-1911), Bull. des Amis du Vieux Saint-Germain, n° 42, 2005.