RECHERCHE

▪ Biographie

C’est à l’Étoile Sportive que le jeune Chapatte, âgé de quinze ans, fait ses débuts en 1936. Il habite alors Saint-Maur et ses grands-parents tiennent un café rue Beauséjour, où de nombreux sportifs ont leurs habitudes. En 1938, il commence à s’illustrer en se classant dans les quatre premiers lors des courses de son club et participe pour la première fois au Premier Pas Dunlop. C’est là que Louis Caput le remarque et le pousse à la compétition. Il court aux côtés de son maître des prix locaux comme celui du Vélo-Club Briard le 25 septembre 1938. Excellent grimpeur, il devient professionnel en 1945 et aligne plusieurs victoires dont le Grand Prix des Pyrénées et le Grand Prix des Alpes après être passé par l’école de la piste du Vel’d’Hiv’ et des Six Jours, où il est 6e en 1953. De 1948 à 1952, il est au rendez-vous du Tour de France où il termine 16e en 1949.

Mettant un terme à sa carrière d’athlète en 1954, il se tourne vers le journalisme sportif pour L’Aurore et Le Provençal. Il collabore à Radio Monte-Carlo puis à la Radiodiffusion Télévision Française avant de travailler pour l’ORTF. Au lendemain de mai 1968, il entame un « purgatoire de rêve » à Europe 1, qui dure sept ans jusqu’à ce que Jacques Chancel et Marcel Jullian, chargés d’organiser la nouvelle chaîne Antenne 2, viennent lui proposer la direction des sports de la nouvelle chaîne. À ce poste, il produit les émissions célèbres que sont « Stade 2 », « Grand Stade » et « les Jeux du Stade ». Il préface Les dossiers secrets du cyclisme, écrit par deux collègues journalistes, Jean-Michel Lelliot et Jean-Paul Ollivier qui est alors saint-maurien. Après son départ à la retraite en 1985, l’ancien coureur poursuit une activité de consultant aux côtés de Jacques Anquetil puis de Raymond Poulidor et fête son 45e Tour en 1994. Il s’éteint le 20 janvier 1997.

Cyrille CLAVEL

~ ~ ~

▪ Bibliographie

  • C. CLAVEL, Saint-Maur, cité des sports. Regards sur trois siècles de sport saint-maurien, Saint-Maur, 2014, p. 210 ;
  • « La dernière échappée de Robert Chapatte », L’Humanité, mardi 21 janvier 1997.