RECHERCHE

▪ Biographie

Né à Créquy (Pas-de-Calais) le 1er Janvier 1800, il a épousé le 2 Juin 1826 Marie Florimont née en 1802. On ne sait rien de sa jeunesse et de ses études. Il devient en 1820 garde du génie à Montpellier, c’est-à-dire conducteur de travaux pour l’armée. En 1832, il est affecté aux fortifications de Paris où il a la possibilité de nouer des contacts qui s’avèreront précieux avec des fournisseurs, des entrepreneurs ou des architectes. Il démissionne en 1840 et poursuit pour son compte des opérations fructueuses sur les fortifications de Paris, de Bercy à Romainville. En 1845, il achète le Petit Parc à Saint-Maur, qu’il transforme en une vaste carrière à ciel ouvert. C’est lui qui fait démolir le dernier vestige du château : son portail monumental. Après sa mort, cette carrière sera comblée et lotie. Il achète et développe une fonderie à Créteil. Il devient très rapidement millionnaire. Il participe à la construction du Paris d’Haussmann comme promoteur-entrepreneur. Installé à Paris, il s’intéresse à l’aménagement du boulevard Malesherbes, puis à un important secteur autour des Gobelins et de la place d’Italie. En 1866, il crée le Comptoir du Bâtiment, établissement spécialisé dans les opérations bancaires. Sa fortune devient considérable. Mahieu n’a pas eu d’enfants légitimes, mais il en a quatre de Julie Ernestine Peyraud, née en 1834, qu’il rend propriétaire d’un hôtel particulier rue Daru à Paris et du château de Romaine à Lésigny. Lorsqu’il est à Saint-Maur, il habite un appartement double de six pièces au deuxième étage de l’immeuble qu’il a construit à l’angle de la rue du Four et de l’avenue Marinville, à côté de celui occupé par le Dr Bitterlin. L’épouse légitime de Mahieu décède en 1877. Mahieu se marie alors avec la mère de ses enfants. Il a 78 ans et meurt deux ans après. Il est inhumé au cimetière Rabelais. Remariée en 1881 avec le prince italien Romolo Ruspoli, sa veuve meurt en 1884 : la princesse Ruspoli a laissé son nom à l’impasse Ruspoli. Une grande partie de la fortune Mahieu revient à ses enfants, les Peyraud-Mahieu.

Mahieu fut maire de Saint-Maur-des-Fossés pendant toute la durée du Second Empire. Il fit don à la Ville du terrain sur lequel est bâtie la mairie. Une avenue porte son nom.

Claude MÉNIER et Pierre GILLON

~ ~ ~

▪ Bibliographie