RECHERCHE

▪ Biographie

D’origine aveyronnaise, visiteur du service de secours à l’Assistance publique de la Seine (1892-1931), il épouse une Joinvillaise en 1898 et s’installe à La Varenne (1908). Parallèlement, il est rédacteur de l’Union en 1907 puis, après son engagement volontaire en 1914, il fonde l’Union régionale (1919), qu’il dirige jusqu’à sa mort et dont il fait le premier journal local (1192 numéros parus). Passionné par l’histoire de la ville, il publie une Histoire de Saint-Maur-des-Fossés (1913 et 1927), Le Tour de Marne historique et pratique (1921), l’Histoire des paroisses de Saint-Maur-des-Fossés (1923), des Promenades autour de Saint-Maur (1924) et une courte Histoire de Créteil (1929). Conseiller municipal (1919-1929), il fonde la Société d’histoire et d’archéologie (1922), dont il rédige un bon tiers des articles du bulletin pendant vingt ans, rassemble les éléments du futur musée de Saint-Maur, cofonde le Syndicat d’initiative (1923), fonde l’Association d’hygiène sociale (1929) pour lutter contre la tuberculose et obtenir un dispensaire, soutient la Commune libre de La Varenne (1932) et les Comités des intérêts généraux (1935) et organise avec faste le 13e centenaire de la fondation de l’abbaye (1938). Lors de l’exode qui, de juin à septembre 1940, vide Saint-Maur des 4/5e de sa population, il suspend l’Union régionale. Il anime les soupes populaires dans l’hiver 1940-1941, où il prend froid et meurt quelques mois plus tard. Un temps plus populaire que le maire Auguste Marin, il fut aussi, à partir de 1935, son adversaire le plus acharné. Il a habité de 1907 à 1924 au 121 boulevard de la Marne (plus tard propriété de Francis Lemarque) puis 17 rue Hoche à La Varenne. L’imprimerie de l’Union régionale se trouvait 67 avenue de la République.

Pierre GILLON

~ ~ ~

▪ Bibliographie